Herbert du Plessis à la Salle Cortot

La première partie du concert était entièrement dédiée à Chopin, compositeur dont il avait réalisé l’intégrale des œuvres pour piano solo en 10 concerts, il y a 7 ans dans la même programmation.

Il commence avec Quatre Mazurkas op.30 qu’il interprète avec énergie et montre la plus fine délicatesse dans l’Impromptu n°1 op.29 effleurant avec grâce le clavier. Il choisit ensuite quatre Valses dont la fameuse Grande Valse Brillante op.18 : il l’exécute avec une précision remarquable alliée à un toucher particulièrement léger. Pour conclure cet hommage à Chopin, il interprète la Polonaise Héroïque. Toujours très brillant, il apporte une rare intensité à l’œuvre avec un jeu très intense à la main gauche.

La seconde partie laisse une large place aux compositeurs russes, Tchaïkovski et Rachmaninov. S’il souligne très bien le côté torturé du premier notamment dans « Aveu Passionné », Herbert du Plessis est encore plus inspiré dans le second. Il rend le prélude en mi bémol majeur op.23/6 très émouvant notamment en mettant en relief certains accords descendants. De même, il tient l’assistance en haleine avec le Prélude en Sol mineur OP.23/5. Il joue également une pièce de Liszt Le Rossignol. Très expressive, cette arabesque est souvent composée de notes piquées aigues qui ressemblent au cri de l’oiseau, avec lesquelles le musicien joue remarquablement. Fidèle à lui-même, Herbert du Plessis nous fait découvrir des œuvres peu jouées en concert : Islamey, une fantaisie orientale de Balakirev et Lesghinka, une danse caucasienne de Liapounov. Sensible et virtuose, Herbert du Plessis nous a offert un superbe récital.

Jeannine Hauchard

Herbert du Plessis : Autour du Piano à la Salle Cortot , dimanche 30 novembre 2008 à 17h30

À propos de l'auteur : La rédaction 812 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*