L’année Henri IV inaugurée à Rome

L’inauguration de l’année Henri IV à Rome a été marquée par un message de Nicolas Sarkozy, président de la République. La délégation officielle était dirigée par Jacques Perot, président de la société Henri IV s’est rendue à Rome, voyage qui a été marqué par une journée à la Villa Médicis, et la messe solennelle en l’honneur d’Henri IV et un dîner officiel donné par son excellence Stanislas de Laboulaye, ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, la délégation française a rencontré de multiples personnalités et participé notamment à la messe Pro felice statu gallicae nationis qui se tient tous les ans depuis 1604, en l’honneur de la naissance d’Henri IV, en l’archibasilique papale du Latran, un des quatre bâtiments ecclésiastiques appartenant à la France à Rome.
Le lien entre le Chapitre de l’Archibasilique, la France et Henri IV est en effet étroit. Le roi avait chargé en 1594 l’abbé Arnaud d’Ossat de convaincre le pape Clément VIII de la sincérité de sa conversion et de vaincre l’hostilité de nombreux cardinaux liés à la Cour d’Espagne. L’abbé d’Ossat fut soutenu dans ses négociations par le Chapitre du Latran qui l’aida d’une façon décisive.
Pour remercier le Chapitre, Henri IV lui accorda par brevet en date du 22 septembre 1604, les bénéfices, alors importants, de l’abbaye de Clairac, située dans le diocèse d’Agen. Il disposait, en outre, qu’une messe solennelle « pro felice statu gallicae nationis » serait célébrée chaque année par l’archiprêtre de la Basilique, assisté par le chapitre, au jour anniversaire de sa naissance.
En remerciement, le chapitre décida de reconnaître pour Henri IV et ses successeurs le titre de « Premier et unique Chanoine d’honneur du Latran » qui a été conféré à Nicolas Sarkozy au cours de son dernier voyage à Rome. Il fit également élever, à ses frais, une grande statue d’Henri IV en pied, un glaive à la main. Cette statue, due au sculpteur lorrain Nicolas Cordier, se trouve dans le portique du transept de droite. Elle fut inaugurée à Rome en 1608 par le marquis de Villeroy, ambassadeur de France. On trouvera ci-joint la photo de Jean Castarède, au pied de cette statue.
La veille, Monsieur Eric de Chassey, le nouveau directeur de l’Académie de France à Rome, qui a remplacé Frédéric Mitterrand, nommé ministre de la Culture, recevait outre la délégation française, d’importantes personnalités romaines après une introduction historique de Jean Pierre Babelon, membre de l’Institut, président d’honneur de la société Henri IV suivi de la présentation de l’année Henri IV par Jacques Perot qui a mis en valeur le dernier livre de Jean Castarède : 1610, l’assassinat d’Henri IV. Un tournant pour l’Europe. Rappelons que Jean Castarède a déjà publié quatre livres sur le bon roi, et terminée par un concert par l’ensemble A Sei Voci qui a interprété plusieurs motets et chansons polyphoniques illustrant l’art vocal au temps du roi Henri IV suivi d’un cocktail dans les salons de la villa.
Le lendemain, la messe solennelle, à l’Archibasilique papale du Latran, était assurée par le séminaire pontifical français avec les choeurs de la chapelle Ludovic, présidée par son éminence révérendissime la cardinal Agostino Vallino, cardinal archiprêtre de la basilique, cardinal vicaire de Rome, accueilli par l’ambassadeur de France Stanislas de Laboulaye auprès de Saint Siège qui dirigeait la procession avant de se rendre aux pieds de la statue du roi Henri IV où fût lu le message émouvant du président de la République en présence de son excellence l’ambassadeur de France à Rome, Jean Marc de la Sablière. L’ambassadeur donnait un dîner en présence du Prince Jean d’Orléans, duc de Vendôme, descendant d’Henri IV et le seul descendant de cette famille royale ayant relevé le titre de duc de Vendôme du bon roi.
Notre pays a placé cet anniversaire parmi les plus importantes célébrations nationales de 2010 grâce à des colloques historiques (Rome, Pau, Paris, Versailles, Le Mans, Blois, Marseille…) et des expositions ainsi que des moments conviviaux, autour de la poule au pot traditionnelle, donneront enfin à cette année la note populaire qui sied au « Bon roi Henri ».

Pourquoi l’année Henri IV a-t-elle été inaugurée à Rome ?

L’inauguration de l’année Henri IV à Rome a été marquée par un message de Nicolas Sarkozy, président de la République. La délégation officielle était dirigée par Jacques Perot, président de la société Henri IV s’est rendue à Rome, voyage qui a été marqué par une journée à la Villa Médicis, et la messe solennelle en l’honneur d’Henri IV et un dîner officiel donné par son excellence Stanislas de Laboulaye, ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, la délégation française a rencontré de multiples personnalités et participé notamment à la messe Pro felice statu gallicae nationis qui se tient tous les ans depuis 1604, en l’honneur de la naissance d’Henri IV, en l’archibasilique papale du Latran, un des quatre bâtiments ecclésiastiques appartenant à la France à Rome.

Le lien entre le Chapitre de l’Archibasilique, la France et Henri IV est en effet étroit. Le roi avait chargé en 1594 l’abbé Arnaud d’Ossat de convaincre le pape Clément VIII de la sincérité de sa conversion et de vaincre l’hostilité de nombreux cardinaux liés à la Cour d’Espagne. L’abbé d’Ossat fut soutenu dans ses négociations par le Chapitre du Latran qui l’aida d’une façon décisive. Pour remercier le Chapitre, Henri IV lui accorda par brevet en date du 22 septembre 1604, les bénéfices, alors importants, de l’abbaye de Clairac, située dans le diocèse d’Agen. Il disposait, en outre, qu’une messe solennelle « pro felice statu gallicae nationis » serait célébrée chaque année par l’archiprêtre de la Basilique, assisté par le chapitre, au jour anniversaire de sa naissance.

En remerciement, le chapitre décida de reconnaître pour Henri IV et ses successeurs le titre de « Premier et unique Chanoine d’honneur du Latran » qui a été conféré à Nicolas Sarkozy au cours de son dernier voyage à Rome. Il fit également élever, à ses frais, une grande statue d’Henri IV en pied, un glaive à la main. Cette statue, due au sculpteur lorrain Nicolas Cordier, se trouve dans le portique du transept de droite. Elle fut inaugurée à Rome en 1608 par le marquis de Villeroy, ambassadeur de France. On trouvera ci-joint la photo de Jean Castarède, au pied de cette statue.

La veille, Monsieur Eric de Chassey, le nouveau directeur de l’Académie de France à Rome, qui a remplacé Frédéric Mitterrand, nommé ministre de la Culture, recevait outre la délégation française, d’importantes personnalités romaines après une introduction historique de Jean Pierre Babelon, membre de l’Institut, président d’honneur de la société Henri IV suivi de la présentation de l’année Henri IV par Jacques Perot qui a mis en valeur le dernier livre de Jean Castarède : 1610, l’assassinat d’Henri IV. Un tournant pour l’Europe. Rappelons que Jean Castarède a déjà publié quatre livres sur le bon roi, et terminée par un concert par l’ensemble A Sei Voci qui a interprété plusieurs motets et chansons polyphoniques illustrant l’art vocal au temps du roi Henri IV suivi d’un cocktail dans les salons de la villa.

Le lendemain, la messe solennelle, à l’Archibasilique papale du Latran, était assurée par le séminaire pontifical français avec les choeurs de la chapelle Ludovic, présidée par son éminence révérendissime la cardinal Agostino Vallino, cardinal archiprêtre de la basilique, cardinal vicaire de Rome, accueilli par l’ambassadeur de France Stanislas de Laboulaye auprès de Saint Siège qui dirigeait la procession avant de se rendre aux pieds de la statue du roi Henri IV où fût lu le message émouvant du président de la République en présence de son excellence l’ambassadeur de France à Rome, Jean Marc de la Sablière. L’ambassadeur donnait un dîner en présence du Prince Jean d’Orléans, duc de Vendôme, descendant d’Henri IV et le seul descendant de cette famille royale ayant relevé le titre de duc de Vendôme du bon roi. Notre pays a placé cet anniversaire parmi les plus importantes célébrations nationales de 2010 grâce à des colloques historiques (Rome, Pau, Paris, Versailles, Le Mans, Blois, Marseille…) et des expositions ainsi que des moments conviviaux, autour de la poule au pot traditionnelle, donneront enfin à cette année la note populaire qui sied au « Bon roi Henri ».

Petite Bibliographie

L’assassinat de Henri IV. Les mystères d’un crime Jean-Christian Petitfils Perrin
Henri IV, roi d’aventure Syntheses Economiques Jean-Marie Constant Perrin
1610 : l’assassinat d’Henri IV Un tournant pour l’Europe
Jean Castarède France-Empire
Henri IV
Jean-Pierre Babelon Fayard

À propos de l'auteur : Jean Castarède 22 Articles
un homme aux multiples facettes : ancien directeur de l’Administration générale au ministère de la Culture et de la Communication de 1974 à 1980, il siège parallèlement aux conseils d’administration de l’INA, de l’Opéra de paris et du Festival de Cannes. Par la suite il dirige l’ESSEC (1986-88), puis prend la présidence de COMMINOVE, un organisme de « capital risk » (1988-91). C’est à ce moment là qu’il est nommé président de l’Institut supérieur de marketing du luxe, fonction qu’il occupe encore aujourd’hui. De 1992 à 1995 il est nommé président-directeur général de Distribution de Monnaie de Paris Internationale, société d’Etat qui distribue dans le monde et notamment au japon des articles de la Monnaie de Paris. En 2001, il devient président de l’Armagnac Castarède. Jean Castarède est également membre du collège des Conseillers de l’Académie du luxe. Publications : « Que sais-je » consacré au luxe (1992 réédition en 2003), « La Littérature française en question » en 2004, une « Histoire du luxe en France des origines à nos jours » en 2006. Jean-Castarède a publié plus d’une vingtaine de livres et est spécialiste de l’histoire et de la Renaissance. Il a également écrit une pièce en alexandrins sur la Reine Margot qui a été jouée en province. Il a composé plusieurs intermèdes musicaux : Madame Hanska, Aliénor d’Aquitaine, si Pauline Bonaparte m’était contée, Gabrielle d’Estrées, les Trois Mousquetaires. Il est l’auteur d’un intermède avec Brigitte Fossey sur Jean de La Fontaine. Il vient de terminer l’Histoire du Luxe et des civilisations, qui va paraître en octobre aux Editions Eyrolles.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*