Saison lyrique en province

/Voilà quelques idées de sorties lyriques en Province, ou comment conjuguer la visite d’une région et d’une ville et sa passion pour l’Opéra.

L’Opéra National de Lyon présente une saison particulièrement riche. Outre la reprise de Porgy and Bess de Gerschwin, spectacle-phare de la Maison, la scène lyonnaise propose le spectacle poétique de Robert Lepage consacré au Rossignol de Stravinski, avec une belle distribution composée de Olga Peretyatko, Elena Semenova, Marijana Mijanovic, Edgaras Montvidas (octobre).

La fin de l’année est placée sous le signe de la légereté avec l’association en un même spectacle des Mamelles de Tirésias de Poulenc et du Boeuf sur le toit de Milhaud, dans une mise en scène de Macha Makeïeff (décembre). Mais c’est en janvier que le monde lyrique aura les yeux tournés vers Lyon ! Le ténor Rolando Villazon passe de l’autre côté et fait ses débuts comme metteur en scène en dirigeant, pour l’occasion, Karine Deshayes en Charlotte et Arturo Chacòn-Cruz en Werther.

Le mois de mars se révèle mozartien avec le triptyque de Da Ponte (Don Giovanni, Cosi, Noces) sous la direction de Stefano Montanari et dans la mise en scène d’Adrian Noble qui situe l’action dans les Etats-Unis du XXème siècle. Parmi les solistes on écoutera avec intérêt Markus Werba en Comte et en Don Giovanni, Vito Priante en Figaro… En marge de ce festival Mozart, il ne faut pas manquer “Vous qui savez…”, spectacle réunissant une sélection d’airs d’opéras de Mozart sur un scénario de Geneviève Brisac et dans une orchestration de Thierry Escaich. Les solistes sont issus du Nouveau Studio de Lyon et travaillent ce projet avec le ténor Jean-Paul Fouchécourt, très présent cette saison à Lyon puisqu’il est également à l’affiche de Werther et des Noces (mars-avril).

Le reste de la saison est marquée par la nouvelle production de Tristan et Isolde de Wagner avec notamment Gary Lehman, Ann Petersen, Christof Fischesser. Le trop rare Otello de Rossini est défendu en version concertante par le chef Evelino Pido, la mezzo Anna Caterina Antonacci qui ne manquera pas d’électriser la partition, le ténor John Osborn (novembre).
www.opera-lyon.com

Belle programmation, comme toujours, à l’Opéra National de Bordeaux. La saison commence avec Carmen de Bizet : on appréciera – ou pas – la prestation de Gilles Ragon dans le rôle de Don José aux côtés de Janja Vuletic et Alketa Cela (septembre-octobre). Curiosité avec L’Ecole des Femmes de Rolf Liebermann dans une mise en scène d’un pilier de la Comédie Française, Eric Génovèse.
Il Trovatore
de Verdi retiendra l’attention pour la présence de Ludovic Tézier en comte de Luna et de Giuseppe Gipali en Manrico (avril). La saison se clôt en beauté avec la reprise de la production mémorable d’Atys de Lully, toujours sous la direction de William Christie et dans la mise en scène de Jean-Marie Villégier. (également à Caen)
www.opera-bordeaux.com

Emmanuelle Haïm et le Concert d’Astrée, toujours en résidence à l’Opéra de Lille, montent Orlando de Haendel dans une mise en scène de David McVicar. Les principaux protagonistes sont interprétés par Sonia Prina, Nathan Berg, Henriette Bonde-Hansen (octobre). L’opéra contemporain est représenté par la création de La Métamorphose de Michael Lévinas sur le texte de Kafka. Le rôle-titre est confié au contre-ténor Fabrice di Falco, entouré de Magali Léger, Hanna Schaer (mars). Plus classique on assistera à des représentations de l’Elisir d’Amore de Donizetti avec la piquante Olga Peretyatko, à celles de Macbeth de Verdi avec Dimitri Tiliakos dans le rôle principal.
www.opera-lille.fr

L’Atelier lyrique de Tourcoing dirigé par Jean-Claude Malgoire est le lieu de rendez-vous privilégié des découvreurs de voix, des amateurs de productions simples et de très bonne qualité. La grande production de la saison est Giulio Cesare de Haendel avec, dans le rôle-titre, Christophe Dumaux et Sonya Yoncheva, Marina de Liso, Dominique Visse (mai et en co-production avec Reims, Brest et Versailles). Le maître des lieux continue à explorer Rossini en interprétant La Scala di Seta avec Hjördis Thébault, Pierre-Yves Pruvot… (avril).
www.atelierlyriquedetourcoing.fr

Le Capitole de Toulouse reste fidèle à sa bonne réputation. Plusieurs opéras originaux sont à l’affiche cette saison : L’homme de la Mancha de Leigh avec Marie-Ange Todorovitch et l’excellent Nicolas Cavallier dans le rôle-titre (décembre), Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny de Weill dans une mise en scène de Laurent Pelly (novembre), Oberon de Weber avec Klaus Florian Vogt (avril), Belshazzar de Haendel dans la production venue de Berlin qui réunit René Jacobs, Rosemary Joshua, Bejun Mehta (mai). On retrouve avec plaisir Alessandro Corbelli, Jeannette Fischer, Giovanni Furlanetto et Jesus Lopez Cobos dans un Barbier de Séville qui tiendra toutes ses promesses (mars).
www.theatre-du-capitole.fr

Toujours très dynamique l’Opéra de Montpellier concocte un joli programme pour 2010-2011. Semiramide de Rossini aura rarement été autant monté que cette saison. Laura Aikin inteprète le rôle-titre et des familiers de Montpellier, comme Varduhi Abrahamyan, Carlo Kang ou Franck Bard, complètent la distribution (novembre). Simone Alaimo, l’un des meilleurs chanteurs rossiniens, vient à Montpellier le temps d’interpréter l’air de la Calomnie dans une production du Barbier de Séville (décembre-janvier). La saison se termine avec Manon Lescaut de Puccini, dans lequel on pourra apprécier Marc Barrard dans le rôle de Lescaut (juin).
www.opera-montpellier.com

L’Opéra du Rhin regroupe les théâtres de Colmar, Mulhouse et Strasbourg. La saison est très riche cette année avec tout d’abord la fin du Ring dans la mise en scène de David McVicar (février-mars). Nuccia Focile, dont les apparitions se font malheureusement rares, revient en France pour interpréter Amelia dans Simone Boccanegra de Verdi aux côtés de Sergey Murzaev sous la direction de Rani Calderon (octobre-novembre). Le baryton Stéphane Degout avance avec prudence dans sa carrière et fait des prises de rôles difficiles dans des théâtres de petite taille. Il interprète le rôle-titre de Hamlet de Thomas où il sera entouré de Hendrickje Van Kerckhove, Marie-Ange Todorocitch, Nicolas Cavallier et de Patrick Fournillier à la baguette (juin). Parmi les autres moments importants de 2010-2011, on retient L’Affaire Makropoulos de Janacek dans une mise en scène de Robert Carsen (avril), Ali-Baba de Cherubini (janvier) et la reprise de La Belle-Hélène d’Offenbach qui avait eu un grand succès il y a 4 ans (décembre).
www.operanationaldurhin.fr

Belle, très belle saison à l’Opéra de Nice. 2010-2011 s’ouvre avec Les Dialogues des Carmélites de Poulenc qui s’annoncent déjà comme un événement à la seule vue de la distribution : Jean-Philippe Lafont, Karen Vourch, Paul Agnew ( !), Sylvie Brunet, June Anderson, Sophie Koch, Richard Rittelmann, Thomas Morris, et Robert Carsen à la mise en scène et Michel Plasson à la baguette (octobre). Fidélio de Beethoven est sur scène sous les traits de Christiane Libor en compagnie de Robert Dean Smith, Franz-Josef Selig (novembre). La Cenerentola de Rossini est interprétée par Ruxandra Donose, Pietro Spagnoli, John Osborn et dirigée par l’un des meilleurs chefs rossiniens, Evelino Pido (décembre). Ekaterina Siurina, Charles Castronovo, Pietro Spagnoli et Mario Cassi sont les principaux protagonistes de l’Elixir d’Amour de Donizetti (mars). Evénement vivaldien avec Jean-Christophe Spinosi. Il dirige ses chanteurs fétiches (Marie-Nicole Lemieux, Jennifer Larmore, Veronica Cangemi, Philippe Jaroussky, Max-Emanuel Cencic) dans Orlando Furioso (mars-avril)(cette production ira aussi à Nancy et au Théâtre des Champs Elysées). Enfin Elektra de Strauss verra le retour d’Ewa Podles dans le rôle de Clytemnestre (mai). L’Opéra de Nice présente une programmation vraiment exceptionnelle, digne des plus grandes scènes internationales. www.opera-nice.org

/L’Opéra de Monte-Carlo annonce une saison pour le moins classique avec des artistes de premier plan. La saison s’ouvre avec Eugène Onéguine de Tchaïkovski dans lequel on peut entendre la basse Paata Burchuladze (Grémine), habitué des lieux. Le Bal Masqué de Verdi réunit deux spécialistes de cet opéra, Ludovic Tézier (Renato) et Violeta Urmana (Amelia). Les représentations de Rigoletto de Verdi s’annoncent déjà comme très prometteuses : Nathalie Manfrino, Marie-Ange Todorovitch, Lado Ataneli, Stefano Secco se partagent l’affiche. Absent de la scène monégasque depuis 25 ans, l’opéra de Richard Strauss Salomé est monté avec Andreas Conrad, Nicola Beller Carbone, Hedwig Fassbender dans les rôles principaux. L’opéra accueille également la création mondiale de l’opéra de René Koering, Die Marquise von O… d’après la nouvelle de Kleist.
www.opera.mc

La saison 2010-11 de Marseille s’annonce comme particulièrement faste. Outre le concert de Juan Diego Florez, le public de La Canebière pourra assister à Andrea Chénier de Giordano avec Sylvie Valayre et Zoran Todorovic, à un Samson et Dalila de Saint-Saens emmené par Olga Borodina et Torsten Kerl. Béatrice Uria-Monzon sera très présente puisqu’elle chante Santuzza dans Cavalleria Rusticana aux côtés de Luca Lombardo, opéra couplé avec Pagliacci qui voit le retour de Vladimir Galouzine. Elle partagera également l’affiche avec Roberto Alagna et Alain Vernhes dans Le Cid de Massenet. La fin de l’année laissera place à Offenbach avec lequel Mireille Delunsch, Belle-Hélène, et Alexander Swan, Pâris, s’amuseront.
www.opera.mairie-marseille.fr

Après quelques saisons d’absence, Mireille Delunsch est de retour à l’Opéra de Tours pour faire ses débuts dans des rôles assez lourds, qu’elle teste donc dans des salles de petite taille. La saison s’ouvre sur Fidélio de Beethoven où elle interprète le rôle-titre entourée de Jean-Francis Monvoisin, Ronan Nédelec sous la direction toujours inspirée du maître des lieux Jean-Yves Ossonce (octobre).
L’opéra italien est représenté par Don Pasquale qui réunit Jean-Sébastien Bou, Donato Di Stefano (janvier). Les Noces de Figaro ne manqueront pas d’intérêt car Sophie Marin-Degor, l’excellent Armando Noguera (dans le rôle de Figaro), Nigel Smith font partie du cast (mars). Faust de Gounod, toujours sous la direction de Jean-Yves Ossonce est plein de promesses puisqu’on y entendra Rie Hamada, Nicolas Testé et Luca Lombardo (également présent dans Simone Boccanegra de Verdi).
www.operadetours.fr

Faisons un rapide petit tour d’horizon des maisons lyriques dans le reste de la France pour y dénicher La production la plus attirante.

Il ne faudra pas manquer Pelléas et Mélisande de debussy à l’Opéra de Rouen pour les prestations de Jean-Sébastien Bou, l’un des meilleurs Pelléas français, Ingrid Perruche et l’imposant Marc Barrard (septembre-octobre).
L’Esplanade de Saint-Etienne propose une rareté, La vera costanza de Haydn : Federica Carnevale, Andrea Puja, Amicio Zorzi Giustiniani en sont les principaux interprètes (mai).
Le Théâtre de Caen offre à Stéphanie d’Oustrac l’occasion de renouveler sa très bonne prestation de Carmen (octobre).
L’Opéra de Toulon monte une nouvelle production de Thaïs de Massenet avec Ermonela Jaho et Franck Ferrari dans les rôles principaux (octobre).
L’Opéra Angers-Nantes invite Tatiana Lisnic à interpréter l’un de ses plus grands rôles, Adina dans L’Elixir d’amour (mai).
L’Opéra de Dijon monte le très rare Turandot de Busoni avec Sabine Hogrefe, Bernard Beletré, Thomas Piffka (mars).
Le Grand-Théâtre de Reims, désormais Opéra de Reims, accueille Jean-Pierre Furlan et la jeune Julie Robard-Gendre pour Carmen (juin).

Manon Ardouin

À propos de l'auteur : La rédaction 821 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*