Salon du Chocolat à Paris : Rien que pour le goût !

/Le 17e Salon du Chocolat se tient à  la porte de Versailles de Paris, du 20 au 24 octobre. De quoi régaler petits et grands pendant les vacances de la Toussaint.

Et de 17 ! Le Salon du Chocolat, lancé par Sylvie Douce se porte bien. La nouvelle édition de cette année devrait être un succès en donnant un éclairage particulier sur l’artisanat français. Pâtissiers et chocolatiers sont unis dans un même dessein et le Salon est un phare idéal pour une profession qui ne cesse d’innover.
« Le Salon du Chocolat a participé à l’émergence de la nouvelle génération de pâtissiers en leur offrant une plateforme unique de reconnaissance et de médiatisation, en France et à l’international. » C’est en ces termes que l’équipe réunie autour de Sylvie Douce souhaite mettre en valeur les 400 participants, dont plus de 200 chefs et chefs-pâtissiers, venus de France et du monde entier et quelques 160 exposants chocolatiers ; un record.

Il est vrai qu’on n’a jamais autant parlé de chocolat ces dernières années et 2011 est un bon cru. La librairie est là pour l’attester.
Du vendredi 21 ou dimanche 23 octobre, plusieurs dédicaces devraient réunir les amateurs alléchés : Pierre Hermé avec Rêve de pâtissiers (La Martinière), Christophe Felder avec Pièce unique (La Martinière), Christelle Brua et Frédéric Anton avec Petits gâteaux (Le Chêne), Chrisotphe Michalak avec Le Chococlat qui me fait craquer (Plon-Perrin), ou encore Brigitte Carrère avec Moi je cuisine le chooclat (Milan), Nikita Harwich avec Histoire du Chocolat (Desjonquères)….

Un espace d’expression visuelle appelé « Duo sur table et 7 pêchés capitaux » présentera sept tables gourmandes dédiées à l’envie, à la gourmandise, la paresse, l’orgueil, la colère, l’avarice et la luxure. Des tandems de pâtissiers et de créateurs (stylistes de l’art de la table ou de mode, joailliers…) se sont amusé à envisager ce que ce sera la pâtisserie de demain dans des décors de table très imaginatifs. Citons parmi eux Olivia Putman et Sadaharu Aoki, l’architecte Marie Deroudilhe et Christophe Michalak, le décorateur Jean Oddes et Jean-Paul Hévin.

Outre les traditionnelles démonstrations pâtissières, chocolatées et culinaires, le gourmand retrouvera des défilés tout chocolat, un véritable « Cacao Show » mettant en lumière les pays producteurs de fèves de cacao comme la Bolivie, Sao Tomé, le Brésil, Madagascar ou l’Indonésie.

Un hommage sera rendu à Robert Linxe, le créateur de la Maison du Chocolat, à travers les témoignages de chocolatiers et d’une exposition de photographies. De son côté la célèbre maison qui ne cesse de faire des petits, À la Mère de famille, fêtera ses 250 ans, alors que Les Petites chocolatières célèbrera ses vingt ans.

Les prochains rendez-vous chocolatés en France auront lieu à Lyon, du 9 au 11 décembre au Centre de Congrés, puis en 2012, à Marseille du 10 au 12 février au Parc Chanot, à Bordeaux du 2 au 4 mars, Hangar 14, à Lille du 9 au 11 mars au Grand Palais, et à Cannes du 7 au 9 avril  au Palais des Festivals.

Pratique :

Salon du Chocolat

Porte de Versailles, Paris 15e – Pavillons 5/2 et 5/3. Du 20 au 24 octobre 2011. De 10 h à 19 h. Métro et parking : Porte de Versailles.
Entrée adultes : 12, 50 €. Enfants jusqu’à 12 ans : 6 €.

Pour tout savoir sur le Salon du Chocolat : www.salon-du-chocolat.com ou sur la ligne : 01 40 72 51 62.

À propos de l'auteur : Gilles Brochard 99 Articles
journaliste de radio et de presse écrite. Après avoir écrit dans Le Figaro, Recevoir, GaultMilau, Cuisines et terroir, Point de Vue ou Le Quotidien du tourisme, il collabore aujourd’hui à Voyage de luxe, Cig’Art (magazine d’art de vivre suisse), Valeurs actuelles et luxe-magazine.com. Il a publié également plusieurs ouvrages sur la gastronomie et le thé, notamment : Petit Traité du Thé (La Table Ronde), L’Aventure de l’Orange (Denoël), Plaisirs de Thé (Chêne), Les Tables du pouvoir (L’Archer), La Boite à Thé et La Boite à Chocolat (Tana), Le Guide du thé à Paris (éditions de l’If), et publie en septembre Le Thé dans l’encrier (Arléa). Il a collaboré également au Grand livre de Proust et au Grand livre de Dumas (Sortilèges). Il est membre de deux jurys : le prix littéraire Charles Oulmont de la Fondation de France (roman et essai), et le Trophée Jacquart qui récompense de jeunes chefs de moins de trente cinq ans. Il enseigne la « presse culturelle » à l’École Supérieure de Journalisme de Paris.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*