Raymond Dumoux : un nouvel âge de la peinture ?

/Ce qui frappe dès le premier regard, c’est l’Intimité ressentie au contact des figurations proposées par Raymond Dumoux.
Mais, à bien y regarder, ces œuvres posent vite question : à qui se référer ? Aux fresques  de Pompéi ? À celles de nos églises romanes ou gothiques ? Aux  modèles de Michel-Ange ? Aux compositions d’un Mantegna ? Ou encore à des tourments expressionnistes?

Cet art parait familier sans doute, mais les repères précis échappent… Peut-être est-ce justement pour cela que l’œuvre de cet artiste bourguignon semble unique… Il échappe au Temps, car il se joue des époques et des styles…

Raymond Dumoux est un artiste hors normes qui depuis plus de 40 ans réinvente le dessin et redécouvre la couleur comme savaient le faire les primitifs italiens. Entre le petit panneau, presqu’une miniature, et la toile de 5 mètres par 3, il explore toutes les facettes du métier.
La pratique laborieuse du métier est primordiale et donne tout son sens à l’entreprise que l’artiste a volontairement choisie : réhabiliter le corps de la peinture et son symbolisme universel.

Tout son travail est comme fécondé par une parfaite maîtrise technique de la Tempera à l’œuf et par un exercice assidu et quotidien, « chaque jour remettre sur le métier son ouvrage ». La somme du labeur effectué est immense :  des études et dessins par milliers, des gravures accumulées depuis des décennies par l’artiste.

Raymond Dumoux a une démarche radicalement symétrique par rapport à celle des peintres actuels : c’est en partant de l’abstraction dans les années 60 qu’il évolue maintenant vers cette figuration unique et stupéfiante.

L’artiste se montre particulièrement conscient de ce qu’il met en mouvement dans son travail.
Il cherche à réactiver les Mythes, retrouver les Symboles, et exprimer toute la part du Spirituel dans l’Art.
Il retrace le parcours de l’homme,  sa vie dans le monde, dans l’espace cosmique.
Il semble faire un rapprochement entre des scènes bibliques et des visions cosmiques.
Son œuvre majeure, un ensemble monumental d’une cinquantaine de toiles de 5 mètres par 3 consacrées à l’histoire de l’Humanité depuis la création, le big bang. Puis, en parcourant les siècles pour se projeter dans le futur, il illustre toute l’évolution de façon spectaculaire.

On découvrira des toiles évoquant des pages d’histoire (Louis XIV, Charlemagne, Constantin ou Vercingétorix), mais aussi de vastes et spectaculaires compositions sur la recherche et sur le futur de l’humanité. Ainsi naissent des réalisations relatives à la science, à la conquête de l’espace, aux nano-technologies, à la robotique ou encore aux questions relatives aux O.G.M ou à la pratique des implants comme aux animaux transgéniques ……… C’est une pensée qui se lit au passé comme au présent, sans exclure une vision d’avenir, un rêve.

Ainsi est-il recommandé d’aller se perdre sur son site viapictura.com et sur son blog qui offrent un travail encyclopédique sur les représentations du monde, y compris celles élaborées par les scientifiques.

On ne peut s’empêcher de songer à regard divin posé sur le Monde et sur son Histoire, dans lesquels se lisent toute leur complexité, leur richesse, leurs contradictions… Regard attentif, d’un artiste-démiurge, inquiet et pareillement jubilatoire.

Extrait du blog de Raymond Dumoux* :

« La peinture obsolète ?
Parfois on veut nous le faire croire…. nous l’imposer dans des discours magistraux.

Il faudra bien enfin parler de la Peinture.
La peinture est d’abord une question de métier, de respect des éléments naturels et de patience, de lenteur.
La véritable peinture est celle qui est l’incarnation de l’être et de la pensée, sa révélation.
Elle va ainsi parler à tous un langage que tout le monde comprend sans avoir reçu un « enseignement » spécifique.
Elle parle le langage de l’âme et du coeur.
Plutôt que de tourner en dérision, de disqualifier et de ridiculiser l’être, la peinture glorifie l’humanité par le biais aussi de son médium pictural vivant.

Les jeux transparents de la peinture, tous ces glacis antiques si rejetés par beaucoup viennent réincarner les grands mythes et donner chair au verbe.
La peinture est une incarnation comme si elle était non faite de main d’homme.
Incarnation, Révélation : c’est de cette peinture là dont il faut parler maintenant.

(…) La peinture est la mise en lumière des Vertus. La lenteur, l’humilité devant les œuvres de la création.

(…) La peinture est une réincarnation, une glorification du corps, une charité ressentie et dédiée à l’humanité… »

Pratique :

Centre d’Animation Arras
48, rue du cardinal Lemoine
75005 – Paris
Du 9 octobre au 9 novembre

Entrée libre
Tous les jours de 9 h à 20 h 30
Le samedi de 14 h à 17 h
Fermé le dimanche.

http://viapictura.over-blog.com

Illustration : « Le triomphe de Bacchus » – Tempera sur panneau – 42 x 62 cm – R. Dumoux – 2013 © viapictura.com.

À propos de l'auteur : Jacques Charles-Gaffiot 45 Articles
ancien directeur du Centre culturel du Panthéon et organise depuis plus de vingt ans nombre d'expositions aux dimensions internationales. La dernière en date, "Vie de Château" a été présentée en 2007 à Pékin. Il est encore l'auteur de trois ouvrages d'art sur les anciennes collections du château de Lunéville et milite pour une restitution du Grand Appartement du Versailles lorrain qui se relève de ses ruines après l'incendie de 2003.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*