Les années noires de la peinture ou la carte du territoire …

Par Christine Sourgins*

/Vient de sortir aux éditions Pierre Guillaume de Roux le livre « 1983-2013 » Années noires de la Peinture » écrit par Aude de Kerros, Marie Sallantin et Pierre-Marie Ziegler.

Les trois auteurs ont constitué un florilège de formules chocs qui en, quelques mots ou en un court paragraphe, définissent un mal français : la mise à mort bureaucratique de la Peinture. On en trouvera dans ce livre quelques preuves concrètes tels les aveux d’Alain Seban, directeur du centre Pompidou :
« Longtemps on a répugné à défendre les artistes français de crainte d’être accusé de nationalisme. » Depuis cette déclaration, en 2007, qu’y a-t-il de changé ? Les Années noires égrènent les petites phrases assassines qui devraient mettre l’État en face de ses erreurs de gouvernance.

Rappelons que l’École dite de Paris se déroula à une époque où il n’y avait pas de ministère de la Culture (1958) ;  celui-ci ne s’est mué en ministère de la création dirigée qu’en 1983 : «
Ce n’est pas Philippe IV qui a fait Vélasquez, ce n’est pas la IVe République qui a fait Georges Braque, mais c’est la Ve République qui a fait Daniel Buren. »
, écrit bellement Marie Sallantin.
Michel Schneider lui fait écho : « Il n’y a, et il ne doit pas y avoir une politique de l’art. Une politique de la conservation de l’art, oui ; une politique de l’enseignement, bien sûr ; une politique des professions artistiques, évidemment. Mais pas une politique de la création. ».

Ajoutons les déclarations d’Olivier Cena :  « on a dissuadé les étudiants qui pouvaient s’intéresser à la peinture d’en faire… en tout cas la France est la seule à avoir réagi ainsi après les années 60 ».
Cette rupture des transmissions montre l’ampleur de l’articide commis en France. Et P .M. Ziegler a raison de noter combien fut symbolique l’année 2000, où, pour célébrer le millénaire, trois expositions prestigieuses firent l’impasse sur la Peinture.
Mais que penser de la remarque du « fluctuant et insaisissable »  Philippe Dagen : « bannir la peinture considérée comme un moyen obsolète de s’exprimer… c’est une spécificité française » ?

Un des mérites du livre est aussi de montrer la roublardise des tenants du système :  ils idolâtrent l’AC mais ils leur arrivent de le critiquer. En réalité,  ils occupent le terrain et n’en céderont pas un pouce, dussent-ils se désavouer publiquement : l’essentiel est de passer à la caisse !
Il est capital à l’heure où s’amorcent  des retournements de veste  (voir le virage accompli par Art Press qui découvre enfin l’Art brut ) de différencier ceux qui se sont compromis (contre la peinture il y eut aussi…des peintres !) ceux qui louvoient et ceux qui ont loyalement et utilement combattu dans l’ombre, bref, de comprendre à quel point le truisme  « l’essentiel est que les idées circulent,  peu importe qui les véhicule » est stupide tant il fait le jeu de l’adversaire  (ainsi les tenants de l’AC ont changé leurs discours sur l’Art Brut …pour en faire une récupération mercantile, un Art Brut édulcoré, un brin minimaliste propre à séduire les conceptuels ; cette mésaventure doit servir de leçon).
Les Années Noires sont aussi un outil pour comprendre qu’il n’y a rien à espérer d’une cohabitation avec un système prédateur. Avis à tous les acteurs, galeries, revues, critiques etc. qui jouent encore la prudence : la pusillanimité est une machine à perdre.

Il importait donc aussi de citer les peintres qui ont eu la lucidité de voir et le courage de parler. En particulier ceux réunis autour du site  Face à l’Art, tel Franck Longelin : « D’abord, il y a eu le mot d’ordre de la mort de la peinture. Aujourd’hui, on a remplacé ce mot d’ordre par : il y a un retour de la peinture, effectivement, mais une peinture qui ferait l’impasse sur la mémoire, sur le métier, une sorte de peinture froide et déracinée…une peinture contre la peinture…».
Il y a aussi Patrice Giorda qui tacle d’un coup  Michel Onfray  et Marcel Duchamp, le premier ayant prétendu qu’avec le second « l’art est passé de la beauté au sens … »sic.
« Comment un philosophe peut-il ne pas comprendre, que la beauté c’est la visibilité du sens, l’incarnation du sens, et que sens et beauté ne font qu’un ?…. » lui répond le peintre.

Ailleurs  Boris Lejeune qualifie le fonctionnaire culturel de  «  gardien du nihilisme » et nos 3 auteurs ont des bonheurs d’écriture telle Marie Sallantin parlant de l’Art officiel comme d’un « néant médaillé » ou le savoureux (mais mortifère) « exil à la maison » d’Aude de Kerros : «  tout se fit par voie administrative, sans que pèse sur quiconque la menace d’un goulag. Les peintres n’ont subi qu’une relégation domestique, l’exil à la maison ». De quoi glaner quelques beaux aphorismes et démentir le slogan « bête comme un peintre »…

Des articles donnent également la chronologie, le bilan, le paysage engendré par  cet ostracisme culturel ; avec  ces citations référencées, sa galerie de portraits où figure la  formation (ou son absence ) des protagonistes, « Les années noires »  dresse un état des lieux, esquisse la carte du territoire dévasté de la Peinture… là survit cependant des oasis résistant aux mirages de l’AC.

À propos de l'auteur : La rédaction 827 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*