Foires aux vins 2014 : la sélection de CultureMag

/

Fin août et septembre se tiennent, à Paris et en province les 41ème  »Foires aux Vins », une manifestation purement commerciale destinée à promouvoir les ventes de vins en bouteilles français et étrangers (très peu de ces derniers).
Sont concernés les clients des « grandes surfaces » qui souhaitent étoffer leurs caves ou, plus simplement, réaliser leurs achats annuels.

Les Foires aux vins  offrent deux avantages : des prix promotionnels et un choix de vins élargis. Les prix sont très divers, de 3 E à plus de 100 E, mais les amateurs peuvent comparer les prix de références identiques dans différentes enseignes. Ces comparaisons sont de peu d’intérêt pour des vins de moins de 15 E, en revanche, plus la bouteille est coûteuse, plus les différences s’accroissent (jusqu’à 10 E !), encore faut-il se méfier des approvisionnements,  les plus intéressants partent les premiers et ne sont pas renouvelés, ils doivent être assimilés à « des produits d’appel ».

Le nombre de références proposées est très variable, d’une petite centaine à plus de 700  pour Carrefour, Intermarché et Système  U Toutes ces bouteilles sont sélectionnées par les acheteurs des enseignes, mais il faut aussi tenir compte des sélections complémentaires (les incroyables chez Leclerc, le club des amateurs à Intermarché, la sélection « Monoprix-Gourmet par un jury spécial, etc) généralement intéressantes.

Il convient de distinguer trois catégories de vins : le vin « courant », à boire dans l’année, le vin de garde à encaver et le vin spéculatif, sorte de placement qui devrait générer une plus value dans les années à venir. Chacune de ces catégories dessinent un profil d’acheteur différent, sans doute, cette année les acheteurs spéculatifs seront-il moins nombreux.

Un dernier mot, avant le survol express des foires aux vins : les foires aux vins se succèdent, année après année. Elles sont différentes, elles sont inégales. Cette année est elle bonne ? Non, car les deux millésimes les plus proposés sont les 2011 et 2012. La bonification due à la garde sera faible.  L’année prochaine (2015), ce ne sera pas meilleure, quant à la foire de 2016, tout porte à croire, avec optimisme, qu’il convient d’attendre celle de 2017 ! Evidemment, cette remarque ne concerne pas les vins à boire dans l’année.

E. Leclerc (les 11 premiers jours d’octobre)
A lui seul, le magasin modèle du 31 rue d’Alsace à Levallois (92300) vaut le déplacement.
La cuvée Simone Descamps du Château de Lastours (6,90  E – 2012)) a une longue histoire, lorsqu’elle était dégustée à l’aveugle avec des premiers crus bordelais dans différentes villes européennes et que les résultats étaient stupéfiants…

Nicolas (jusqu’au 7 octobre)
La célèbre chaîne propose une sélection restreinte et classique  Quelques millésimes plus anciens méritent qu’on s’y intéresse.

Lidl (promotion trop brève)
Ce groupe international dispose d’importants moyens, mais pourquoi organiser une foire de trois ou quatre jours ? Privilégier les vins du midi. Prix attractifs.

Carrefour(9 au 22 septembre)
Cette enseigne géante (223 « hypers) propose des vins de 2009 à 2013. Le vigneron Sylvain Fadat, l’un des meilleurs depuis vingt ans (Domaine de l’Aupilhac cuvée les truffières 2011, 8,90 E) mi mourvèdre-mi syrah est une vedette de l’AOC Languedoc Montpeyroux.
Carrefour Markert (19 septembre-5 octobre)
Pas moins de 950 « supers » proposent plus de 350 références. Retenons un Muscadet de Sèvres-et-Maine (3,75 E) sur lie, élevé dans le bois, issu d’une des plus anciennes et des plus vastes propriété :Le Manoir de la Grelière. Fraîcheur citronnée, fumée boisée.
Monoprix (10 au 28 septembre)
La foire aux vins bon chic-bon genre ! Le Riesling – Silberberg 2013 de la Cave de Ribeauvillé (7,95 E) est fin, de bonne longueur, discrètement marqué par son cépage.

Leader Price (10 au 21 septembre)
L’offre n’est pas pléthorique et les prix sont modérés. L’amateur pourra acheter un AOC Bordeaux à 2,99 E (Château l’Estelle 2011) et le comparer au Bordeaux à 2,99 de Franprix ci-dessous.

/Franprix (11 au 21 septembre)
Une foire aux vins « popu » ? pourquoi pas ? Les vins sont dégustés à la température d’une serre tropicale. C’est l’occasion de boire ( ?) le Bordeaux à 2,99 (médaille Or Bordeaux 2012)
Château de Claival 2010, la souplesse faite vin, long sur une touche de violette. Une affaire.
Une mention spéciale pour deux champagnes « à prix cadeau » : Charles d’Embrun (11,60 E) et Galucha (13,90 E), les trois cépages, plus rond qu’aigu, à ne pas manquer.

Auchan (10 au 24 septembre)
Sans doute trouvera-t-on des bourgognes intéressants à Monoprix, mais l’amateur de bordeaux se rendra à Auchan, depuis quelques années richement pourvu en crus classés et en 2em vin. Pour changer, pourquoi pas un vin italien : Chianti Colli Senesi (rouge évidemment) 2012 pour 7,5 E.

Casino (9 au 20 septembre)
Belle sélection (1996-2013), les « Grandes Réserves » du club des sommeliers et un choix ouvert.. Le Beaumes-de-Venise, Les Garrigues d’Eric Beaumard 2012 ® puissant, rond et équilibré (7,35E) et le vin italien Chianti DOCG 2010 Reserva Melini (4,99 E) corpulent et long méritent une mention.

Intermarché (10 au 21 septembre)
Une fois de plus, les bordeaux sont légion. Prix respectables. Pourquoi pas le Sociando-Malet
2010 (beau millésime) en magnum, pour un jour de fête à 65 E.

U, les nouveaux commerçants (du 23 septembre au 4 octobre)
Vaste sélection, mais tous le magasins n’ont pas tous les vins.. Le Club des Vins & Terroirs sélectionne drastiquement des vins –en exclusivité U ( ?), signalé par une collerette, tel ce Morgon 2013 d’un maître vigneron : Dominique Piron (7,65 E). A signaler un choix de 7 vins argentins de 5 à 12,50 E très intéressant.

Le Repaire de Bacchus (4 septembre au 12 octobre)
Une chaîne de magasins pour oenophiles, une sélection originale, des millésimes plus anciens, des remises jusqu’au tiers (rares, il ne faut pas demander l’impossible…) Le vin le moins cher de la sélection est un rouge espagnol – Jumilla 2013, pour la modique somme de 3,50 E !

Et pour terminer un site en ligne :

Vin-malin.fr (27 août  au 30 septembre-remises plus ou moins importantes)
1600 références en stock, de 1975 à 2013, des vignerons célèbres (Gauby, Sarda-Malet, Vieux Télégraphe, Marionnet, Gangloff, JM Gerin, Chapoutier, Brumont, etc). Le Sancerre 2013 du Domaine Raimbault , paradoxalement souple et droit se vend 12,70 E. Un plaisir garanti.

Michel Dovaz

À propos de l'auteur : La rédaction 821 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*