Redécouvrir Louis Aubert

""

Redécouvrir le compositeur français Louis Aubert (1877-1968), c’est ce que propose le dernier CD de Jean-Pierre Armengaud, grand interprète de la musique française toujours à la recherche de pépites rares…

Cette musique mérite vraiment d’être reconnue. Louis Aubert écrit avec une spontanéité doublé d’un souci d’équilibre entre le discours, le son et la forme. Il y a des trouvailles et des passages profondément inspirés dans Sillages et dans la Sonate pour violon et piano. Une grande sonate en vérité…
Écrite au début du XXe s., sa musique porte la trace de cette époque de passage entre la nostalgie d’une époque révolue et l’aspiration à une énergie moderniste.
Il existe un véritable espace musical entre Ravel, Debussy et le groupe des Six, mais il y a peut-être plus de rondeur et d’intériorité chez Aubert. Son style s’inscrit dans la recherche d’une “troisièmes voie” de la musique de la première partie du XXe s. dans un syncrétisme de style à la fois spontané et très travaillé, avec en arrière-fond, souvent masqué, sa double identité de Breton et de Basque…

Ce CD représente visiblement un travail long et exceptionnel pour retrouver l’esprit et le cœur de cette musique qui touche nos sensibilités d’aujourd’hui à la recherche d’un lien profond entre le passé et le présent. Louis Aubert – compositeur-passeur du XXe siècle? – mérite d’être mis au niveau qui est le sien et d’être mieux connu.

Aubert, élève de Gabriel Fauré, grand ami (et créateur des Valses nobles et sentimentales) de Maurice Ravel et partenaire à 4 mains de Claude Debussy, vice-président de la célèbre Société musicale Indépendante pendant plus de trente ans, enfin aussi un des maîtres d’Henri Dutilleux, a toujours été, dans l’ombre des “grands”.
Son grand cycle pour piano, Sillages est à rapprocher de Gaspard de la nuit de Ravel ou du Chant de la mer de Gustave Samazeuilh. Sa Sonate pour violon et piano figure dans le recueil Durand des grandes sonates de musique française aux côtés de celles de Debussy, Ravel, Roussel… quant à Feuille d’images, d’esprit plus pédagogique, elle est pourtant très poétique.

Existe-t-il des génies méconnus?
Il existe, en tout cas, dans la musique française des œuvres géniales méconnues, notamment celles du compositeur Louis Aubert.

Alice de Charnay

 

Louis Aubert
Jean-Pierre Armengaud, piano
Alessandro Fagiuoli, violon – Olivier Chauzu, piano 2
Coll. Grand Piano / Naxos – Dis. Outhere
Sillages (1008-1912)
Sonate pour violon (1927)*
Habanera (version pour piano à 4 mains – 1918)*
Feuilles d’Images (1930)*
(*Premières mondiales à l’enregistrement)

À propos de l'auteur : La rédaction 826 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*