Quand Jules Magret se régale le carter

Publié par sur CultureMag.fr le 16/08/2017 • Thème : Art de vivre : cultivez vos sens, Nourritures terrestres et divins breuvages

/Alphone Boudard, Albert Simonin, Frédéric Dard ou Auguste le Breton s’en seraient régalés.  Voici un guide gastronomique bien franchouille qui devrait ravir les gourmands qui n’aiment pas que les critiques fassent dans la dentelle. Attention, ça décoiffe !

Ce manuel est à ne pas mettre entre toutes les mains. On est loin du Guide Michelin avec ses propos laconiques et bien proprets, embourbé dans ses étoiles et ses Bib gourmands décernés par des anonymes. Avec ce guide, rédibitoirement personnel – Touchez pas au frichiti – , égotiste à souhait, on atteint des sommets dans le saignant, le coriace, le cocace  car rédigé dans un argot de comptoir. Il faudrait pour bien le déchiffrer s’aider su Dictionnaire de l’argot et du français populaire (Larousse) de Jean-Paul Colin. Car le lecteur reçoit en pleine poire ces critiques de restaurant qui ne sont pas piquées des hannetons. À croire que Jules Magret, initié à l’argot par son père dès l’âge de treize ans, au palais juste et au coup de fourchette saillant, ne s’embarrasse jamais de la langue de bois.

Il pinaille, fouraille, scrute, cultive la mauvaise foi, toujours avec esprit, cherche la petite bête et nous assène des vérités que l’on croit tout droit sorti d’un film de Michel Audiard ou de Jacques Deray, avec Bernard Blier ou Michel Constantin comme voisins de table.

Le voilà qui passe, en revue département par département, ville après ville, les guinguettes, bistrots et autres caboulots de grande ou petite réputation, sans jamais prendre de pincettes. Cela lui arrive de se pâmer, d’atteindre une certaine extase devant des langoustines snackées à point ou des ravioles de pieds de porc. Jules Magret titille la métaphore et le voilà parfois en train d’évoquer « le flagolet philosophique », « l’asperge métaphysique » ou « le feuilleté de chèvre au poil ».

Mais le critique a des coups de nostalgie, notamment quand il atterrit à Belle-île, regrettant au Castel Clara le temps où Jean-François Josselin s’envoyait des canons au  bord de la piscine, dénonçant une cuisine chichiteuse où la « bectance à tous les coins de poutre ». Et bien trop cuite. Chez la Mère Brazier le voilà qui râle car « c’est bas de plafond, on se bigorne la terrine », mais faisant l ‘éloge du ris de veau au homard et de la quenelle de brochet « au lissé de cul de jeune fille ». Ce qu’il préfère : filer à une heure de Paris à Joigny à La Côte Saint-Jacques pour déguster les petits-gris de Jean-Michel Lorrain préparés « comme des bonbons de notre enfance » et « l’aile de raie comme un bouillon épicé au lait de coco et cumbawa. »

Reste que Jules Magret est un indécrottable germanopratin. Il n’aime rien que de passer un moment sensas chez Allard, cette auberge reprise par l’équipe de Ducasse, pas donnée tout de même : « c’est la bonne franquette, on tape dans le Gigondas, par ici le jambon persillé, le jésus sans la crèche, le perdreau au chou et le canard sauvage. » Que dire de Saint-Germain-des-Prés, ce « quartier d’iguanes » ? Écoutez le julot : « entre cougars et trouducs, c’est le bonheur comme avant. »

Puisqu’on vous dit que cette collation décape fort et n’y va pas par le dos de la cuiller. Stylé en somme, dans son genre.

* Touchez pas au frichti, 220 restos au banc d’essai (Province, Paris et banlieue), de Jules Magret. Préface de François Cérésa. L’Archipel, 155 pages15 €.

est

journaliste de radio et de presse écrite. Après avoir écrit dans Le Figaro, Recevoir, GaultMilau, Cuisines et terroir, Point de Vue ou Le Quotidien du tourisme, il collabore aujourd’hui à Voyage de luxe, Cig’Art (magazine d’art de vivre suisse), Valeurs actuelles et luxe-magazine.com.
Il a publié également plusieurs ouvrages sur la gastronomie et le thé, notamment : Petit Traité du Thé (La Table Ronde), L’Aventure de l’Orange (Denoël), Plaisirs de Thé (Chêne), Les Tables du pouvoir (L’Archer), La Boite à Thé et La Boite à Chocolat (Tana), Le Guide du thé à Paris (éditions de l’If), et publie en septembre Le Thé dans l’encrier (Arléa). Il a collaboré également au Grand livre de Proust et au Grand livre de Dumas (Sortilèges).
Il est membre de deux jurys : le prix littéraire Charles Oulmont de la Fondation de France (roman et essai), et le Trophée Jacquart qui récompense de jeunes chefs de moins de trente cinq ans. Il enseigne la « presse culturelle » à l’École Supérieure de Journalisme de Paris.


Laisser un commentaire

© 2017 CultureMag est propulsé par WordPress

Mentions légales
| rssFlux RSS

CultureMag, La culture en liberté # Magazine d'actualités culturelles # Art de vivre, culture, voyage, gastronomie : cultivez vos sens ! Journal culturel, évènements culturels,
sorties, musées, à Paris, en Île-de-France, en France. Expositions, concerts, bibliophilie, cinéma, culture, art de vivre, voyages. Rédactrice en chef : Salsa Bertin.
Rédacteur en chef adjoint : Gilles Brochard. Tout un art de vivre et d'être : Christine Tourneux.Patrimoine : Jacques Charles-Gaffiot. Livres et expositions : Matthieu Falcone.
Musique et spectacles :
Hervé Archambeau. Nouvelles Tendances : Jean Castarède.