Mona Lisa assistante sociale

Quand la fragile Joconde, notre Mona Lisa nationale part en tournée… selon le bon vouloir de ‘idéologue Françoise Nyssen au nom d’un genre de droit au chef-d’œuvre, quitte à la mettre en péril.
Chrisitine Sourgins fait le point pour CultureMag sur cette affaire.

Les œuvres d’Art contemporain, sont souvent éphémères, voire jetables, montées et démontées suivant leur protocole, elles voyagent sans arrêt autour de la planète ou dans les banlieues, cet « art citoyen » devant créer du lien social. De plus en plus, c’est tout l’art, y compris l’art ancien, patrimonial, qui est traité comme un produit hautement « bankable » ou « communicant ». On a donc développé l’idée de vendre un musée comme une marque et de louer les collections d’art ancien à l’autre bout du monde comme on fait tourner des stocks de marchandises. La Joconde vient d’être emportée dans le mouvement par Mme Nyssen, ministre de la Culture, qui se targue « d’idées un peu disruptives ». La Joconde est donc partante pour Lens.

Le maire de la ville, où se trouve une antenne du Louvre, est ravi ; les supporteurs du club de foot de la ville ont fait valoir un argument fort : une banderole géante à l’effigie de Mona Lisa déployée dans le stade. Le but de la ministre : « Mon fer de lance, (est-ce un jeux de mot, « faire de Lens », à la manière de Marcel Duchamp ?) c’est de faire en sorte qu’on lutte contre la ségrégation culturelle, et pour cela, l’un des piliers c’est un grand plan sur l’itinérance. L’offre culturelle, elle existe : pourquoi serait-elle confinée à certains lieux et pas accessible partout par tous ? »

Mona Lisa reprend du service en assistante sociale qui va réduire la fracture sociale ! Voilà ce qui arrive quand nos élites mettent les requins au formol, les vagins de la Reine, les Domestikators et autres Koonseries dans le même sac qu’un panneau de bois où sourit une effigie mystérieuse, miraculeusement rescapée du passé. Or la Joconde est l’une des œuvres si fragiles qu’elles ne devraient plus être déplacées, même à l’intérieur du musée ! C’est la leçon qui fut tirée des dernières bêtises : les voyages aux USA en 1963 (on ne félicite pas Malraux) et au Japon en 1974. Mais les leçons s’oublient et Mona Lisa est sur la rampe de départ. Il n’est pas sûre que la fracture sociale s’en porte mieux mais la com du gouvernement, certainement.

Et Poitiers ? Poitiers qui n’a même pas d’annexe du Louvre, pourquoi Poitiers n’aurait-il pas droit aussi à la tournée Joconde ? Quel mépris ! L’équité l’oblige à passer ensuite à Nice (ville martyre), Montpellier, Brest etc. Sans oublier la Corse : quand on s’appelle l’île de Beauté, on se doit de recevoir la Joconde. Et puis nous sommes en Europe, pourquoi privilégier Lens et ignorer la patrie de Léonard : l’Italie aimerait bien revoir sa petite Mona Lisa. La ministre pense ouvrir un cercle vertueux, elle ouvre une boîte de Pandore. Envoyer la Joconde à Lens, c’est discriminer la terre entière.

M. Martinez, qui eut le courage de s’opposer au Domestikator devant son musée, voit son mandat de directeur du Louvre reconduit ces jours ci, ou pas ; on espère qu’il n’y aura pas de marchandage mandat contre Mona. Car le directeur comme les conservateurs responsables (ne parlons pas des courtisans) doivent être effarés de ces « idées disruptives » qui pourraient nous coûter cher. Peinte sur un mince panneau de peuplier courbé, une fente est visible menaçant le visage. A force de faire joujou avec le patrimoine, il y aura un gros accident, la Joconde reviendra balafrée : émoi au Louvre (Mona Lisa indisponible : un sacré manque à gagner, une restauration peut durer des années) et indignation planétaire contre l’incurie des français. Le french bashing aura du grain à moudre.

Car le Louvre, la France ne possède pas la Joconde, non : ils en ont la charge, le devoir de veiller sur elle au nom de l’humanité. Pas d’en faire leur mascotte publicitaire ou idéologique ou un cadeau électoral. On alors c’est qu’ils ne la méritent plus.

Christine Sourgins

À propos de l'auteur : Salsa Bertin 399 Articles
journaliste spécialisée dans le domaine de la culture et de l'art de vivre. Docteur ès-Lettres, elle est l'auteur d'ouvrages tels que : Michel Bernanos, l'Insurgé, Et si on parlait du spiritisme ? Le guide des séjours spirituels en Europe...

1 Comment

  1. Petite histoire: en 2008 aux USA dans un colloque dédié aux lanceurs, 5 représentants de 5 entreprises dont Ariane Espace avec son PDG Jean-Yves Legal et Elon Musk de Space X. Règle du jeu de la table ronde « 10 mn pour vendre sa soupe et une question à un autre membre de la table ronde ». Arrive le tour de Jean-Yves Legal qui vend sa soupe en usant qu’il est le meilleur puis, s’adressant à Elon Musk ne lui pose pas en question, mais lui suggère d’abandonner, car les lanceurs n’ont est pas pour les amateurs. Elon Musk s’excuse presque, mais continue. Quel c! Ce Legal! Aucune vision! Ariane est complètement plantée. Personne n’a vraiment d’idée pour un concept disruptif et compétitif et alors que l’Européen est à 20000$/kg, Space X est à 12500$/kg. La perspective est pis encore. La fusion Airbus Safran pour créer Ariane Group vise, avec Ariane 6 un coût de 14000$/kg quand Space X vise 4000$/kg! L’article qui présente les chiffres dAriane 6 est fallacieux , car il présente Cévennes lanceur comme compétitif contre le Falcon. La différence, c’est que le Falcon existe, mais pas A6! Et Ariane Group ne saura pas tenir ses prix Il faut dire qu’il sont pilotés depuis le CNES dirigé par Jean-Yves Legal il y avait eu les 3 À avec Alstom, Alcatel, Areva. Grâce à Tom Enders Airbus et en bonne place ainsi qu’Ariane Group grâce à Jean-Yves Legal Dormez bien bonnes gens, la France veille sur vous!

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*