L’Elégie urbaine de Rachis Kimoune

Rachis Kimoune,  poéte élégiaque ? Chamane ? Magicien ?  Artiste fort singulier certainement…  imagier des génies urbains que seul il sait voir, comme d’autres voient des elfes et des nains dans les forêts. Il est le créateur, le styliste,  le forgeron d’êtres fabuleux, cachés dans les grandes villes.

Sa matière poétique est faite de traces, signatures et signes moissonnés  sur le macadam :   dessin des pneus, semelles, plaques d’égouts… il en fera des portulans célestes, des bas-reliefs, des ornements de portes monumentales…

Il guette comme un chasseur, formes, textures, matières. Il traque tout ce qui fait motif, frise, mélodie, en creux et en relief.

Il arpente  les paysages urbains, récolte  des objets délaissés, aime leurs patines, leurs formes aimables, puissantes ou drôles. Il les emporte dans son atelier. 

Recueillis par son œil bienveillant, une métamorphose immédiatement commence : de l’objet il choisit le beau fragment, il associe, compose, assemble. Comme roi et reine, il marie les fragments, dans l’Athanor du Grand œuvre. Ainsi naissent les « urbs », petits génies d’ascendance urbaine… tous ont une âme d’enfant ! Tels celui-ci par exemple, à la bouille de serrure, à la chevelure de chaîne à vélo, au manteau de dentelle de grille d’aération…

Froids boulons, tôles, engrenages, deviennent poissons ondulants, oiseaux planants, enfants messagers. En forgeant Rachid Khimoune  rédime et célèbre l’âme urbaine et suburbaine! Il sort de l’invisible banal tout ce que nous voyons trop… et quand on devient familier des innombrables personnages sortis de son antre de Vulcain,  on ne flâne  plus en ville sans sourire.

… Rachid Khimoune n’appartient pas au cercle des artistes prêcheurs, discursifs et judiciaires, pourfendeurs de « la terrible la société de consommation ».  Il préfère la subvertir en l’aimant. Il ne détourne ni ne déconstruit, il donne forme et dans le sillage, âme et vie.

Aude de Kerros

 

Pratique :

Retrospective de Rachid Khimoune  à L’ar’Tsenal 

Place Mésirard     28100    DREUX

Du 10/ 11/ 17  au 01 /04/ 2018

ouvert du mercredi au dimanche de 14 heures à 18 heures, le jeudi jusqu’à 20 heures

Tél : 02 37 38 87 51

Image : Petits totems, sculpture en bois, bronze et fer (choisir la trompette en forme de cervidé)

 

À propos de l'auteur : La rédaction 775 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*