En Ardèche : sortir des sentiers battus

CultureMag vous invite en  Ardèche à sortir des sentiers battus pour assister au réveil d’un  patrimoine et de ses paysages.

L’Ardèche  s’impose austère et fière puis se laisse apprivoiser jusqu’à devenir attachante.  Au fil de la route, vous découvrez des paysages époustouflants  avec une nature sauvage qui vous happe. On comprend ainsi  la raison pour laquelle Jean Ferrat venait s’y ressourcer.  

Suivez la ligne de partage des eaux,  cette ligne imaginaire, qui sépare le bassin méditerranéen  du bassin atlantique,  à la rencontre des œuvres en plein air. David Moinard, directeur artistique du projet, a fait appel aussi bien à des artistes qu’à des designers ou paysagistes sur 100 kilomètres de parcours artistique à ciel ouvert. Soutenu par le parc naturel régional des Monts d’Ardèche, ce projet un peu fou valorise  le territoire, véritable dialogue entre le paysage, l’œuvre, jusqu’à atteindre une dimension universelle et poétique.  Des artistes ont ainsi traduit leurs émotions, leur sensation, en une poésie  mais aussi en investissant les lieux et les architectures comme support, pour un résultat étonnant et pour une incitation à la contemplation.  

En balade au fil des œuvres

L’Abbaye de Mazan ou le miracle de l’anamorphose : tout est question de point de vue … 
Pour cette abbaye cistercienne, construite au XIIe siècle, L’artiste Felice Varini a fait de ce paysage le support de son œuvre en travaillant pendant plusieurs semaines des lignes et cercles à la feuille d’or. Il fait ainsi revivre ce patrimoine pourtant en ruine et témoin d’une histoire, laissé par les hommes, qui s’illumine soudain, faisant apparaitre un jeu visuel fabuleux et une géométrie parfaite.   

Le phare au Moure de l’Abéouradou…posé en pleine montagne
Ici l’artiste  Gloria Friedmann  a fait ériger un phare bleu  à plus de sept mètres du sol : sorte de vigie au milieu de nulle part et que le visiteur atteint après une petite randonnée. L’endroit se mérite.  Après une  marche obligatoire mais accessible par tous (il n’est pas possible de l’atteindre en voiture), le marcheur est récompensé  en ayant  une vue à 360° et  peut non seulement s’y reposer mais consulter les ouvrages qui y sont entreposés. On s’y sent  serein, paisible, loin du monde.
Magali Gleyze, éleveuse est particulièrement attachée à cette région et vous accueille  chaleureusement. Elle témoigne de ce véritable outil de dialogue entre les artistes et les habitants : « j’aime bien le « phare », dit-elle, « c’est une œuvre simple qui préserve  l’aspect authentique et merveilleux de cette montagne ». 

La tour à eau… puiser de l’eau dans l’air
C’est le paysagiste et penseur Gilles Clément qui a imaginé et matérialisé de façon symbolique ce lien avec l’eau et le mont Gerbier de Jonc, sommet emblématique du plateau ardéchois.  La tour capte l’humidité de l’air, tout comme le fait le Mont et dans ce projet, l’eau  s’écoule soit vers l’Atlantique ou la Méditerranée. Ce principe des tours à eau est utilisé dans les pays chauds pour climatiser naturellement les bâtiments.

Repos et contemplation
Le designer Enrique a participé aussi au projet en créant du mobilier en châtaignier  intégré dans le  paysage dont il se sent proche. Le marcheur, lors d’une pause, peut  méditer à la vue du paysage à perte de vue.

Les étapes savoureuses


Sous le signe des châtaignes : le rendez-vous de l’automne

Ce fruit fait partie de l’identité de cette région. L’histoire de son arbre  est en lien avec les générations qu’il  a nourries et qui a retrouvé ces dernières années un certain prestige. De jeunes castanéiculteurs  reprennent cette activité artisanale avec  le savoir-faire respectueux des traditions et redoublent d’inventivité pour créer des recettes à partit des  différentes variétés de châtaignes.

Manifestations gourmandes, les fêtes de la châtaigne ou  castagnades ont lieu au moment où les châtaigneraies se couvrent d’ocre. Les villages accueillent les visiteurs à la découverte des produits liés à la châtaigne mais aussi pour d’autres produits artisanaux.  Il est alors agréable de s’y  arrêter, ressentir le temps qui s’écoule paisiblement…

C’est le lieu choisi par  Stéphane V, styliste installé à Antraigues. Après avoir voyagé pendant des années dans des métropoles,  il décide de s’éloigner du  rythme furieux des métropoles pour se réinstaller dans son Ardèche natale afin de retrouver le cycle des saisons, l’espace, l’intemporalité et la sérénité, propice à la création. Inventif, et pour rendre hommage à son village et à la tradition de la fête des  castagnades, Stéphane V a créé une robe en …châtaignes.

En pays gourmet
Des hauts plateaux aux pentes cévenoles, l’élevage est aux côtés de la châtaigne le pilier de l’agriculture des Monts d’Ardèche. Enfin ce pays de gourmets, de gourmands et de gourmandises est mis en relief par des chefs cuisiniers  comme Stéphane Polly, 1 étoile au Michelin, du Vivarais à Vals –les-Bains et sa cuisine subtile, ou d’autres restaurateurs avec des plats à base de la viande unique du bœuf de Mézenc.  

Vous l’aurez compris,  les routes de l’Ardèche sont pleines de surprises et  ceux qui y vivent sauront vous étonner.  Chacun y a  son histoire et sa passion, sa volonté de valoriser au mieux ce territoire et prêt à partager sa passion…

Entrez, l’Ardèche vous ouvre grand ses portes !

Ysabelle Jolly

 

Pratique :

Où dormir et déjeuner ou dîner

Hôtel de charme Helvie, à Vals-les-bains  et son restaurant 1 étoile
Tél. +33 4 75 94 65 85
courriel@hotel-helvie.com
https://www.hotel-helvie.com/fr/  

Déjeuner ou dîner

Café curieux Kaizaco à Aizac ( original, authentique et chaleureux …terrasse avec une très belle vue )
kaizaco.cafe.curieux@gmail.com
09 67 03 65 34

À propos de l'auteur : La rédaction 805 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*