Retrouver la nature et ses couleurs à l’Abbaye école de Sorèze grâce à l’œuvre de Dom Robert

Retrouver la nature et ses couleurs à l’Abbaye école de Sorèze grâce à l’œuvre de Dom Robert

Le musée Dom Robert et de la tapisserie présente une nouvelle collection. Dans un petit village du Tarn, se cache l’abbaye bénédictine d’En Calcat, le lieu dans lequel un moine du nom de Dom Robert y tissa sa vie et son œuvre, à 70 kms d’Albi.

Dom Robert, né Guy Chaunac de Lanzac en 1907, est reconnu comme un des maîtres de la tapisserie contemporaine. Celui qui vécut à l’Abbaye d’En Calcat, y a son empreinte avec une centaine de cartons originaux. Ses rencontres sont importantes et déterminent ses chemins de vie : Jean Lurçat décide de son destin de peintre cartonnier, et Suzanne Goubely, la propriétaire de l’atelier de tissage et amie de Jean Lurçat (pour lequel elle avait tissé dans son atelier et dans la clandestinité la tapisserie « la liberté ») cultivent ensemble une grande amitié.

Quelques années plus tôt, ses relations avec Jacques Maritain, Jean Cocteau et Max Jacob conduisent l’artiste à l’Abbaye d’En Calcat et vont déterminer sa vocation religieuse. Il puise à cet endroit et dans la campagne alentours son inspiration. Son imaginaire s’échappe devant le spectacle d’une cour de ferme, et l’idée de nature apparaît tout au long de son œuvre, donnant à l’ensemble, un univers chatoyant grâce à la faune et à la flore de la Montagne noire qu’il décrit ainsi : « il n’y a qu’une chose qui ne trompe pas, c’est la nature. La nature, c’est le vrai, le réel ». Son univers est en effet composé de nature, de fleurs, d’animaux et traduit l’esprit d’une œuvre contemporaine, gaie, universelle, et non dénuée parfois de clins d’œil humoristiques. Les titres sont évocateurs : la vie douce, le jardin des sirènes, l’école buissonnière. La « Fontaine de vie » est une peinture murale que Dom Robert a réalisée dans la petite église Saint-Jean dans le village de Massaguel et qui reflète bien toute la symbolique de son œuvre.  

La collection des œuvres de Dom Robert, toujours propriété de l’abbaye d’En Calcat est exposée au musée, aménagé avec un design contemporain, par le cabinet d’architecte italien n! studio. Dom Robert résumait ainsi son œuvre : « Dans une tapisserie, on se promène, une promenade sans but précis, on se plaît à flâner ». La conception et scénographie des collections du musée ont été conçues par Brigitte Benneteu conservateur en chef, conjointement avec Sophie Guérin Gasc, directrice de l’Association Dom Robert. Passionnée, elle recueille, classe et valorise cette collection en lien avec la nature dont l’artiste-moine disait : « Je préfère laisser la parole aux bêtes étonnées, aux oiseaux et aux fleurs, tous ces enfants de lumière dont les regards silencieux semblent condamner ces humains déboussolés. 2017 marquait les 20 ans du décès de Dom Robert et de celui de Suzanne Goubely. Les différents lieux évoqués font renaître ces personnalités remarquables tant par leurs œuvres que par leurs passions et leur étonnant chemin de vie. Le rayonnement de l’œuvre du peintre perdure grâce à une diffusion sans cesse élargie. Les quelques photos qui essaiment le musée donnent une traduction de cette vie très riche, à la personnalité originale, insolite, exceptionnelle et parfois aussi mystérieuse.

L’œuvre de Dom Robert constitue l’essentiel du musée, mais d’autres pièces célèbres de Jean Lurçat, Michel Tourlière, Mario Prassinos, témoignent de ce patrimoine immatériel de l’humanité qu’est la tapisserie.

  

Poursuivez le chemin et jouez à l’école buissonnière à l’Abbaye école de Sorèze.

Le musée est lui-même intégré au site de l’Abbaye école de Sorèze, classée Monument historique, et labellisée maison des illustres. C’est avec beaucoup d’émotion que l’on parcourt cette école, sur les murs de laquelle les élèves inscrivaient leur nom. Le visiteur traverse les anciens dortoirs sur les parois desquelles on retrouve des citations des élèves. On y devine les sentiments que ces jeunes enfants ressentaient loin de leurs parents. Cette école devait aussi sa réputation à un enseignement novateur. Les noms de certains élèves sont bien connus comme Claude Nougaro, Gilles de Robien, Hugues Aufray ou les frères Bogdanoff… Un hôtel de charme, d’une capacité de 72 chambres, ainsi qu’un restaurant y sont aussi aménagés. 

Le Tarn… c’est La Montagne Noire, Albi, ville classée au patrimoine Mondial de l’Unesco, le rugby, un vent particulier baptisé « le vent d’autan », des villages perchés, des collines dodues pour s’y balader, une nature riche et diverse pour s’y ressourcer…Mais c’est aussi le pastel, cette plante tinctoriale qui fit la fortune du pays de Cocagne. Tout est bleu chez Denise Lambert qui voit la vie en rose grâce à sa passion du pastel. Très dynamique, et à la personnalité « haute en couleur », elle vous explique avec humour toute l’histoire de cette couleur grâce à une démonstration étonnante de teinture.

Le Tarn est une destination idéale pour quelques jours de sensations artistiques couplées à l’émotion de ces lieux hors du temps.

Ysabelle Jolly

Visites

Abbaye –Ecole de Sorèze/musée Dom Robert
1, rue Saint-Martin
81 540 Sorèze
06 63 50 86 38
www.abbayeecoledesoreze.com

Carré bleu de Pastel
Le village  
31540 Roumens
Visites organisées par groupe au 05 62 80 05 45
contact@carrebleurevel.com

Où déjeuner

Restaurant « Le Tournesol » vous proposera un savoureux cassoulet
rue du maquis
Sorèze
Tel : 05 63 74 11 10
www.restaurant-tournesol.com

Restaurant « La montagne noire »

À propos de l'auteur : La rédaction 812 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*