A Dunkerque, oubliez la mer, visitez le LAAC ! (2/2)

En regard du Fonds Régional d’Art Contemporain, se dresse, moins imposant, l’édifice du Lieu d’Art et Action Contemporaine. Les deux institutions tissent d’importants liens, et la visite de la première invite à celle de la seconde. Mais ce lieu est, à la différence du fonds, un musée : l’exposition Un autre œil, d’Apollinaire à aujourd’hui se propose de montrer la cohérence d’un siècle de peinture qui semble à première vue s’être construit selon le mode de la rupture.

            Plus qu’une exposition, l’initiative de Daniel Abadie, le commissaire de l’exposition, est une révision de l’histoire de l’art et de ses catégories qui ont souvent tendance à affadir la singularité des artistes en voulant absolument les rassembler sous une même étiquette, les séparant de ceux qui ne sont pas sous celle-ci. C’est sous le signe de l’époque que Daniel Abadie a voulu rassembler ces artistes, qui certes différents ont en commun ce temps dans lequel ils vécurent ensemble.

 

            Par souci de cohérence avec la collection du LAAC, et du fait de certaines contraintes économiques, l’exposition des œuvres débute après la Seconde Guerre mondiale. La première partie du siècle est évoquée par des documents historiques, dans les vitrines qui courent les rambardes du premier étage : on y retrouve des photos, manuscrits et lettres d’Apollinaire, des surréalistes, de Sonia Delaunay, etc.

           

Les œuvres sont quant à elles ordonnées selon cinq thématiques dans autant de salles : Art abstrait/ Art concret ; Se figurer une autre réalité ; Le poids du monde ; Support et surfaces ; Minuscule/Majuscule. Derrière ces thématiques, on retrouve des œuvres qui auraient pu être diamétralement opposées selon d’autres lectures, mais qui, ici, dialoguent : ainsi la pensée sauvage de Dubuffet croise-t-elle les collages d’Erró dans lesquels les images viennent d’un monde déjà existant, sont issues de la société.

Les grandes salles en demi-cercle permettent d’embrasser d’un regard toutes les œuvres pour leur permettre de discuter au sein de la thématique qui leur est commune, tout en offrant suffisamment de place à l’œuvre pour exister dans sa singularité. On notera l’effort de Daniel Abadie d’avoir voulu présenter des œuvres méconnues, ce qui a pour effet de souligner cet « autre œil » qui est le maître mot de l’exposition.

 

Refaire l’histoire de l’art sous un œil nouveau, c’est en somme une promesse qui est tenue par le LAAC, lequel entend créer des liens là où, par commodité, on a voulu des catégories fermées et parfois asphyxiantes. Ici, les œuvres respirent et dialoguent afin de proposer au visiteur de poser un regard nouveau et vivant sur des œuvres retraçant, à leur manière, le siècle dernier.

 

                                                                                                                                                                                    Maximilien Herveau

Pratique :

Exposition Un autre œil, d’Apollinaire à aujourd’hui

Du 22 septembre 2018 au 24 mars 2019

 

LAAC – Lieu d’Art et Action Contemporaine

Jardin de sculptures302 avenue des Bordées, 59140

DunkerqueTél : 03 28 29 56 00

www.musees-dunkerque.eu

 

Crédits :

Erro, Sigmund Freud, 1970 © Adagp, Paris, 2018

Claude Viallat, , Sans titre n°97, 2005 © Adagp, Paris, 2018

Alberto Magnelli, Je l’imagine, Affinités en réunion, 1938 © Adagp, Paris, 2018

 

À propos de l'auteur : La rédaction 821 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*