Hommage à Karl Lagerfeld

Mystérieux, intemporel, visionnaire, Karl Lagerfeld a été rattrapé par un évènement inéluctable de la vie.
Esthète, il portait une attention particulière à son apparence jusque dans le rituel du coucher, afin d’être parfait, au cas où un jour il ne se réveillerait pas.

Alors qui était-il vraiment ? Le Secrétariat international de la laine couronne, en 1954, deux jeunes inconnus : Yves Saint Laurent et Karl Lagerfeld. Les deux jeunes prodiges vont bouleverser l’univers de la mode. Immense directeur artistique, Karl Lagerfeld a recréé et modernisé le style Chanel, tout en respectant les classiques de Mademoiselle (sauf pour la longueur des jupes : elle trouvait très laid d’apercevoir les genoux des femmes dans la mode).
Il était également le couturier de Fendi et de sa propre marque.  
Avec une apparence toujours identique, malgré sa prise de poids puis son étonnant amaigrissement, cet homme charismatique s’était créé son propre personnage, reconnaissable, caché derrière ses lunettes noires, son col montant, ses mitaines en cuir, et son catogan.

On a du plaisir à découvrir quelques photos de lui jeune, d’une autre époque, pendant laquelle il fut en compétition avec Yves St Laurent, son frère ennemi.  C’est aussi lui qui a lancé Inès de La Fressange qui lui paraissait être l’incarnation de la parisienne élégante puis de Claudia Schiffer ou le mannequin Baptiste Giabiconi.

Acide, exigeant face aux autres mais aussi face à lui-même, il avait transformé son travail en passion mais n’était pas dénué d’humour. On se souvient de sa fameuse remarque lors du lancement des gilets jaunes pour la sécurité des conducteurs : « c’est jaune, c’est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut sauver des vies ». Vivant et aimant le luxe il avait également participé à une collection H&M, qui permit d’acquérir, le temps d’une saison, une robe signée Karl Lagerfeld.  

 Cette recherche de la beauté en toutes choses fait de lui un esthète mais aussi une sorte de légende un peu déshumanisée, sauf lorsqu’il évoquait sa passion amoureuse ou sa chatte Choupette. 
Adepte d’une vie saine, il s’est peut-être cru éternel, va savoir, lui qui était sans âge, et qui a sans doute été surpris par l’aggravation de sa santé. 

Malgré la reprise du flambeau par son bras droit, Virginie Viard, une grande page de la mode se tourne…

Ysabelle J.

À propos de l'auteur : La rédaction 825 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*