L’homme surnuméraire

/L’homme surnuméraire, c’est un Madame Bovary adapté au XXIe siècle. Deux histoires en hélice qui tournent autour d’un même thème, comme l’ADN de l’homme contemporain.

D’un côté se trouve Serge Le Chenadec, père de famille sans ambition, sinon celle tout à fait honorable de couler des jours paisibles auprès de sa femme et de ses enfants, qui a appris à se satisfaire d’un emploi qui les fait vivre, mais dont toute la vie sera remise en cause par les rêves impossibles d’une femme qui découvre tout à coup qu’il existe des gens dont la vie semble plus trépidante, plus désirable.

De l’autre côté, Clément Artois est beau, jeune, il aime la lecture, l’amour et la sieste. Lui aussi, se trouve déboussolé par les ambitions que sa jeune compagne projette sur son front. Il devra se mettre au travail pour la garder, quitte à se perdre lui-même.

L’homme ne peut-il être que le jouet des fantasmes d’ascension sociale des femmes, sous peine d’être de trop, rejeté, inutile ?

 

Patrice Jean, L’homme surnuméraire, éditions rue Fromentin, 275 pages

À propos de l'auteur : Matthieu Falcone 232 Articles
diplômé en Lettres Modernes et Sciences Politiques. Il collabore comme pigiste aux pages "culture" de plusieurs magazines.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*