Rétrospective sur Le Salon des Gourmets de Draveil

Ces 9, 10 et 11 novembre prenait place à Draveil (Essonne) la troisième édition du Salon de Gourmets, organisée par le Lions Club de Draveil Sénart .
Loin de la grande distribution et des fast food, elle promettait à la fois qualité et terroir français.

Pour le temps d’un week-end, les visiteurs pouvaient se procurer des aliments de qualité mais surtout découvrir le savoir-faire de nos régions. Des bouchers aux fromagers en passant par les apiculteurs, tous étaient réunis dans le but de « faire la différence ».

Pour beaucoup d’artisans, l’objectif n’était pas seulement de vendre mais de sensibiliser. Dans ce « salon à taille humaine », bien moins rentable que les mastodontes parisiens de plus de 300 exposants, l’intérêt principal est le partage, la sensibilisation du public. Traçabilité, amour du produit et consommation responsable sont les fers de lance de ces défenseurs actifs de notre patrimoine.

Tandis que les commerces de proximité disparaissent, que les prix à la pompe s’envolent et que la grande distribution étend ses griffes sur nos centres-villes, des initiatives comme celle du Lions Club de Draveil deviennent vitales pour leur survie.

 

Malheureusement, les prix naturellement plus élevés dans le Salon peuvent agir comme un frein pour les curieux. Cependant, quel ravissement de retrouver des produits authentiques privilégiant enfin le goût à l’esthétique ! Quel plaisir de trouver des confitures artisanales, des charcuteries bretonnes et catalanes ou encore les Vins Lhumeau, premiers vins d’Anjou en fût de chêne. Et cela sans-même évoquer leur implication pour l’environnement ; à l’instar de la Ferme du Bigna, petits producteurs à la fois éleveurs et agriculteurs attachés au respect de la terre et du patrimoine.

Si d’aventure l’on posait la bonne question, il n’était pas rare d’écouter pendant une demi-heure un artisan parler de ses produits avec amour.

Pas un seul visiteur ne ressortait les mains vides.

 

Témoignage en creux d’une situation peu enviable

 

Du vendredi au dimanche, près de 1000 visiteurs se sont succédé. Une réussite en soi pour ce Lions Club de 17 personnes seulement mais une déception par rapport au véritable potentiel de cet évènement.

Si les prix demeurent une barrière trop imposante pour les habitants, peut-être ces-derniers manquent-ils aussi d’intérêt pour leur assiette.

De fait, si ce salon est si appréciable, outre pour la bonne humeur ambiante, c’est bien parce que nous ne le retrouvons pas au quotidien. Même les marchés, cœurs traditionnels de la vie communale, sont aujourd’hui parasités par les revendeurs industriels. Au mieux une fois par semaine, quatre heures dans la matinée, ils n’attirent plus la jeune génération non-éduquée ou non-disponible.

De moins en moins de Français ont été élevés avec ce goût de la qualité et cette recherche de la saveur qui qualifient pourtant notre gastronomie. Un manque crucial pouvant expliquer la difficulté à mobiliser les citoyens autour de ces enjeux.

 

Aussi voit-on apparaître en réaction de nouvelles initiatives comme des marchés nocturnes ou des évènements régionaux, dont le Salon des Gourmets. Lueurs d’espoir pour l’avenir, elles révèlent un constat sans appel : la seule solution viable est la prise de conscience active des Français, aussi bien pour la conservation de notre culture que de l’environnement.

 

Voltaire, comme souvent, avait le mot juste : il faut cultiver notre jardin.

 

Amaury Dutray

 

Informations pratiques :

3ème édition de novembre 2018

Lieu : Théâtre Donald Cardwell, DRAVEIL 91210

Prix d’entrée : 3€ par personne pour trois jours (gratuit pour les -16 ans)

Page Facebook du Salon des Gourmets : https://www.facebook.com/pg/salondesgourmetsdraveil/posts/

 

 

À propos de l'auteur : La rédaction 812 Articles
l'équipe de rédaction de CultureMag !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*