La belle partition du Mont Royal

/Sis sur le promontoire le plus haut de la forêt de Chantilly, l’hôtel le Mont Royal porte avec à-propos son nom.
Temple du luxe et du bon goût, il attire et réunit en une seule partition les amateurs de musique et les amoureux du silence.

Cette belle demeure s’est construite, comme par enchantement sur un soupir… Non pas sur un soupir musical mais amoureux.
Fernand Halphen, le maître des lieux, compositeur et fils de banquier et diamantaire, fit bâtir cette demeures aux allures de château Lousi XVI pour sa belle dans les premières années du XXème siècle. Les plaisirs du XVIIIème siècle y sont célébrés avec une façade dédiée à la chasse avec des bas-reliefs de Georges Gardet et un intérieur dévolu à la musique, avec un salon de théâtre.

Avec ses 108 chambres et suites, ce havre de paix vous promet un ressourcement au cœur de la forêt, dans un décor cosy, entre toiles de Jouy, rayures directoire ou meubles trouvés par son heureux propriétaire actuel. Les deux ailes, l’ancienne et la nouvelle, se rejoignent à la réception en une certaine unité, entre meubles Restauration et touches de design, le tout soigneusement harmonisé par la décoratrice Pila Paiva de Sousa.
Les chambres et la suite dans les soupentes sont de vraies réussites. Et la suite royale avec son lit à la Polonaise posé au milieu de la pièce demeure le clou de la maison !

/Les dîners dans la magnifique bibliothèque dont l’ambiance intimiste avec ses alcôves et sa cheminée laissent un souvenir impérissable. Des plats simples mais rares et mijotés comme le parmentier de canard, sont servis avec amabilité et discrétion, comme il sied à une belle maison.
Bar de pêche, charolais, agneau de l’Aveyron, jambon Bellota, le chef Benoist Rambaud, élève de Gérard Vié est passé par les meilleures adresses avant d’œuvrer au Château Mont Royal. Sa table au restaurant a belle réputation mais nous ne pouvons encore donner un avis autorisé mais la cuisine plus légère du bar-bibliothèque augure de son goût des produits nobles.

Mais le « nec le plus ultra », ce sont ses soirées musicales et ses repas en musique au restaurant Stradivarius qui réveillent des pages d’histoire cocasses et joyeuses de la maison. L’heureux temps où le propriétaire se mettait lui-même en scène dans ce salon de 300 places, surprenant ses invités avec un mécanisme secret qui faisait apparaître une scène de théâtre, réplique de la salle de l’Opéra Comique.
Le directeur de la restauration orchestre tout cela avec brio et organise justement un de ses fameux dîner « Bel Canto »* dont il a le secret le 9 février prochain.
Le chef jouera sur son piano en cuisine pour le plus grand plaisir des palais avertis :

On regrette que l’accent mis sur les groupes en semaine empêche la table, pourtant d’excellente qualité, de prendre un envol vers les étoiles.

En revanche, l’ambiance est détendue et familiale le week-end ou lors des vacances avec des citadins (beaucoup de Parisiens), heureux d’échapper au bitume, le temps d’une escapade à 40 minutes de la capitale.
Vous y serez reçus avec grâce car le personnel est « aux petits soins » avec délicatesse.
Et même vos animaux sont les bienvenus !

 

Pratique :

Château Mont Royal

Route de Plailly
60520 La Chapelle en Serval

montroyal-chantilly.tiara-hotels.com/fr

 

  • Dîners Bel Canto en 2018
    Le Château Hôtel Mont Royal Chantilly, en partenariat avec les restaurants « Bel Canto », organise les vendredis 9 février, 6 avril, 22 juin et 12 octobre 2018 un dîner gastronomique, ponctué d’intermèdes lyriques.

    Pour cet événement, le choix s’est porté sur les airs d’opéra les plus célèbres et les plus joyeux du répertoire de Verdi, Bellini, Puccini et Bizet, interprétés et accompagnés au piano par plusieurs artistes de talent.

    Au menu :
     
    En entrée : noix de Saint-Jacques normandes au beurre de Guérande, velouté Dubarry truffé, émulsion de salade de la mer ou foie gras de canard mi-cuit au Banyuls, compotée de mangue au poivre de Timut, cristalline d’orange, pain d’épices.
    En plat : longe de veau fondante, jus court au curcuma, mijoté de cocos des Landes au lard fermier ou selon votre goût, dorade grise croustillante au jus de coquillages,jeunes pousses de tétragone au parmesan, châtaignes grillées. En dessert : une variation sur un air d’Opéra, frécinette (variété de banane) rôtie au four ou un baba au rhum ambré, cœur de mangue rôti et bien sûr Chantilly Vatel comme il se doit.
     

    Les convives regagneront enfin leurs jolies chambres, tout imprégnés des airs de la Tosca, de Nabucco ou de Rigoletto.

    Diner Bel Canto : 125 € /par personne avec coupe de Champagne.
     
    Pour tous renseignements et réservations : 03 44 54 50 33
     
À propos de l'auteur : Salsa Bertin 404 Articles
journaliste spécialisée dans le domaine de la culture et de l'art de vivre. Docteur ès-Lettres, elle est l'auteur d'ouvrages tels que : Michel Bernanos, l'Insurgé, Et si on parlait du spiritisme ? Le guide des séjours spirituels en Europe...

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*