Autopsie du musée

/Le musée d’Orsay présente une exposition Manet inventeur du moderne qui fait grand bruit et provoque de nombreuses publications (catalogue, album, livres d’art, hors-séries de magazines…).
Cela faisait presque 30 ans qu’une grande rétrospective n’avait pas été consacrée à Edouard Manet, la dernière datant de 1983. Depuis lors, le regard a évolué sur cette œuvre et le discours critique s’est fait plus nuancé, comme l’explique James H. Rubin auteur d’un très bon Manet chez Flammarion.

Sans doute cette exposition est-elle fort intéressante ; sans doute les toiles exposées sont-elles de grande valeur. Je dis sans doute car il faut malheureusement une fois de plus parler de l’enfer que sont devenus les grands musées à Paris. N’essayez pas d’aller voir cette exposition, même en semaine, c’est impossible, à moins de ne pas craindre une heure d’attente pour pénétrer dans la salle d’exposition avant de vous retrouver tassé en groupes de dix ou vingt devant chaque tableau, sans aucun espoir de pouvoir avancer à votre rythme et de prendre un peu de recul pour regarder une toile. Il en était déjà de même lors de l’exposition Picasso et les maîtres dans ce musée.

Orsay, Le Louvre, Pompidou se targuent d’être les musées les plus fréquentés de Paris et donc de France. D’accueillir les plus grandes expositions, c’est-à-dire les plus populaires et les plus médiatiques. D’être les plus rentables économiquement, c’est-à-dire de perdre le moins d’argent possible, mais à quel prix ?

Effectivement les gens se pressent dans les salles d’expositions, passent devant les tableaux et les sculptures, photographient, parlent haut pour avoir l’air de savoir quelque chose mais c’est la plupart du temps pour pouvoir dire ensuite qu’ils y étaient ; qu’ils « ont fait » Le Louvre, Pompidou, Orsay, comme on fait un trek ou un safari ; qu’ils ont vu l’expo du moment, celle dont parlent tous les magazines d’art et les publicités ; qu’ils ont vu La Joconde et Manet sans même penser qu’ils sont, dans ces mêmes musées, entourés d’œuvres non moins intéressantes mais moins renommées qui attendent là, dans la grande solitude de pièces désertées.

Il faut avouer que ces expositions sont infernales. Que la plupart du temps les curieux ne le sont que de voir ce dont on parle tant ; qu’ils défilent dans les salles à grands pas et en ressortent sans avoir compris grand-chose, sans avoir rien retenu. Que les grands musées de Paris grouillent en permanence de touristes en short et à casquette, de groupes d’adolescents français ou étrangers qu’on a menés là pour leur faire voir « un peu de culture », mais qui, pour la plupart, s’en foutent royalement et braillent dans les salles quand ils ne sont pas vautrés à même le sol ou sur leurs sacs à dos.

Les musées, comme le dit si bien Jean Clair dans son dernier ouvrage L’hiver de la culture sont devenus les temples de la culture, d’un succédané de religion auquel il faut sacrifier, sans que l’on sache trop pourquoi ni comment.

«  Je reste perplexe devant ces foules innombrables patientant aux entrées des musées, attendant des heures le privilège incertain de franchir le seuil de ces garde-meubles précieux, écrit-il. […] Ennui sans fin de ces musées. Absurdité de ces tableaux alignés, par époques ou par lieux, les uns contre les autres, que personne à peu près ne sait plus lire, dont on ne sait pas pour la plupart déchiffrer le sens, moins encore trouver en eux une réponse à la souffrance et à la mort. […] Dérision des formules et prétention des audaces esthétiques. Entrepôts des civilisations mortes. À quoi bon tant d’efforts, tant de science, tant d’ingéniosité pour les montrer ? Et puis désormais la question obsédante : pour qui et pour quoi ?

Les foules qui se pressent en ces lieux, faites de gens solitaires qu’aucune croyance commune, ni religieuse ni sociale ni politique, ne réunit plus guère, ont trouvé dans le culte de l’art leur dernière aventure collective. C’est pour cela qu’on les voit visiter l’un après l’autre les grands musées comme elles allaient autrefois au temple ou au Vel’ d’Hiv. Elles ne s’y déplacent qu’en groupes et s’y photographient réciproquement comme pour étouffer, par l’uniformité de leur comportement et l’identité de leurs réactions, le soupçon qui les effleure parfois que, là non plus, il n’y a rien à attendre. »

Que peut-on encore attendre d’une civilisation qui mélange tout, porte aux nues les « œuvres » abêtissantes et insensées de traders qui se font passer pour des artistes et n’existent que par le jeu spéculatif des grands patrons de groupes côtés en bourse, lesquels se sont institués mécènes parce qu’ils ont compris l’intérêt financier et médiatique que pouvait leur procurer des « œuvres » qu’il s’agit de revendre au plus vite – car chacun sait, même eux, qu’elles n’ont aucun avenir ? Que doit-on attendre et espérer d’œuvres qui sont systématiquement subtilisées à leur lieu d’origine, donc vidées de leurs sens, pour être alignées dans des musées qui ne sont plus que les sarcophages d’une Histoire qui semble être figée depuis de longues décennies ?

Y a-t-il une personne sur dix mille à qui les toiles de Manet auront provoqué un frisson, offert quelque chose d’essentiel entre les murs de ce musée ? Encore faudrait-il savoir qui était Manet, quelle était l’époque à laquelle il peignait et ce qu’il a à nous apprendre, au-delà de l’émotion primitive que peut procurer sa peinture.

Plutôt que de se traîner dans le brouhaha fatigant de ces salles d’exposition surchargées, il vaut sans doute mieux passer quelques heures reposantes et enrichissantes de lecture, en compagnie de Jean Clair ou J.H. Rubin.
C’est, me semble-t-il, ce que les enseignants et les fonctionnaires de la culture devraient enseigner aux collégiens et lycéens, plutôt que d’organiser des sorties culturelles qui ne sont peut-être qu’un prétexte à perdre leur temps.
Mais il est vrai que lire et comprendre ce qu’on lit demande un effort et un sens critique, or le divertissement et l’étourdissement constants sont le meilleur moyen pour un gouvernement de s’assurer la soumission de son peuple. Et pour cela l’argent ne manque jamais.

Pratique :

Manet, inventeur du moderne, jusqu’au 3 juillet 2011 au musée d’Orsay
1 rue de la Légion d’Honneur, 75 007 Paris
Tel : 01 40 49 48 14 / www.musee-orsay.fr
Ouvert de 9h30 à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 21h45. Fermé le lundi.
Tarif : 10€. TR : 7,50€.

James H. Rubin, Manet, livre d’art Flammarion, 416 pages, 49€.

Jean Clair, L’hiver de la culture, Café Voltaire, Flammarion, 128 pages, 12€.

À propos de l'auteur : Matthieu Falcone 234 Articles
diplômé en Lettres Modernes et Sciences Politiques. Il collabore comme pigiste aux pages "culture" de plusieurs magazines.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*